L’Unité d’Hématologie Clinique du Centre Hospitalier de Troyes va-t-elle fermer ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

CHT

Les patients désirant un prochain rendez-vous avec ce service reçoivent actuellement un document daté du 7 avril 2016 dans lequel la direction leur explique :

« En raison d’un effectif médical insuffisant en hématologie clinique et dans l’attente de nouveaux praticiens, le service ne pourra plus accueillir de nouveaux patients en consultation. Cette situation est transitoire. Dans l’attente d’un retour à la normale, nous vous conseillons de vous adresser, avec l’aide de votre médecin traitant, à des centres extérieurs dont vous trouverez ci-dessous une liste indicative : »

Les patients sont invités à contacter les différentes consultations d’ hématologie de REIMS, DIJON, NANCY ou PARIS dans les meilleurs délais, compte tenu des listes d’attente de 6 à 9 mois dans ces établissements.

Seuls les 2 hématologues exerçant encore à Troyes (sur les 6 présents il y a encore quelques mois) pourront donc  éventuellement assurer provisoirement les urgences.

Cette situation est particulièrement inquiétante et l’on est bien en droit de se demander si la direction fait réellement le nécessaire en vue du recrutement des praticiens dont on a besoin pour maintenir ce service à Troyes, en particulier lorsqu’on se souvient que le ministère de la Santé envisageait dès mars 2015 de faire 10 milliards d’euros d’économies à l’horizon 2017, dont 3 pour les seuls hôpitaux, se traduisant par la suppression de 22.000 postes (lire ici)

Face à la multitude de pathologies hématologiques (ici)  et la croissance constante de la fréquence de certaines d’entre elles chez les enfants (voir ici) comme chez les adultes (voir ici), on peut craindre à juste titre l’installation durable d’une médecine à deux vitesses (ici).

Mais on devra s’attendre aussi à une augmentation du déficit de l’assurance maladie en raison du surcoût lié aux déplacements des malades, à condition bien entendu que  leur prise en charge soit encore d’actualité, alors que les mesures en question étaient censées produire l’inverse …

 

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *