Une nouvelle ZAD prochainement aux portes de Paris ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Le projet de l'équipe Snohetta/Gehry Technologies/RWDI pour Europa City : monumentali

C’est sur des terres parmi les plus fertiles de France que devrait être bâti à l’horizon 2020 un complexe de 80 hectares porté par Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, avec le concours du conglomérat chinois Dalian Wanda et qui annonce l’avènement du premier temple du «temps libre» du continent, alliant shopping, loisirs et culture sur le thème de «l’art de vivre à l’européenne» : Europacity.

Avec Jean Viard, tout est possible

Le projet, on s’en doute, fait polémique et pas seulement de la part d’une poignée d’écolos (voir plus bas le CPTG). Le débat est en cours actuellement et devrait en principe s’achever le 30 juin prochain. Devant les premières oppositions, il a fallu au promoteur aller chercher une caution telle que Jean Viard, sociologue, à qui il est arrivé autrefois d’être mieux inspiré, pour promouvoir ce « grand projet inutile », en le nommant membre du Conseil d’Orientation Scientifique d’EuropaCity.
On lit ici que pour lui «EuropaCity constitue un remarquable laboratoire de réponses possibles à des évolutions sociales majeures. À sa façon, il anticipe donc des formes possibles de rupture dans nos modes de vivre.» C’est assurément très rassurant et particulièrement intéressant, surtout lorsqu’on l’a également entendu dire que «travailler un week-end par mois rend plus heureux».
Son dernier ouvrage, Le triomphe d’une utopie. Vacances, loisirs, voyages : la révolution des temps libres (Ed. de l’Aube, 448 p, 24 euros), s’il revient en détail sur l’évolution de notre rapport au temps, semble plutôt voué à promouvoir le projet d’Europacity. C’est lui aussi qui n’hésite pas à se vanter: « Je n’ai pas aimé la mise à la retraite. J’ai un métier où, souvent, on est meilleur avec l’âge, vraiment bon à partir de 40 ans puis jusqu’à 80 ans. » Alors, pourquoi pas, dans le même esprit, proposer la retraite à 80 ans ?
Le « sociologue Auchan/Bouygues » d’ajouter avec fierté que « nous dormons également trois heures de moins par jour que nos grands-parents ». Que faisaient donc les siens dans la vie ? Je suppose qu’ils ne pointaient pas à l’usine, ne descendaient pas 12 heures par jour au fond de la mine, ni ne tentaient de faire vivre une famille avec une exploitation agricole de moins de 5 ha, comme grand nombre d’entre elles à l’époque… Alors qu’il est censé promouvoir pour son employeur la civilisation des loisirs, il regrette, de toute évidence, que « le travail ne représente plus que 10 % du temps de notre vie ». Peut-être même partage-t-il l’opinion que  « la France est paresseuse, il faut la remettre au travail », comme Jean PEYRELEVADE, ancien président du Crédit lyonnais, dont on aura du mal à accepter la leçon de morale après l’affaire des années 1990 qui fut l’un des plus grands scandales financiers de l’Histoire, avec un montant des pertes s’élevant à plus de 130 milliards de francs (près de 20 milliards d’euros), l’État ayant, souvenons-nous-en, dû emprunter 4,5 milliards d’euros en 2016 pour solder la dette. C’est dans la suite logique de celle-ci qu’interviendra la non moins célèbre affaire Tapie…

Vous avez dit rentable ? Mais pour qui ?

Dans ce projet pharaonique, pressenti à l’origine pour la région lilloise, 150 000 m2 seront consacrés aux loisirs, avec un parc aquatique, un parc d’attraction, un parc des neiges de 30 000 m2, ses pistes de ski et remontées mécaniques, comme à Dubaï, Madrid ou Shangaï, un parc d’aventures… auxquels il faudra ajouter 20 000 m2 pour les congrès et séminaires, 2 700 chambres d’hôtels, 20 000 m2 de restaurants et 230 000 m2 de commerces pour au moins 500 boutiques, soit une superficie totale de plus de 500 000 m2 de terres bétonnées supplémentaires.
Le promoteur annonce 11 800 emplois directs et non délocalisables en phase d’exploitation et 4 200 emplois par an en phase de construction. Mais le nombre de ces emplois créés doit être nuancé par ceux qui seront détruits, dans les commerces de centre-ville de Gonesse, notamment (voir ici)  et les exploitations agricoles dont la surface de terre cultivable sera amputée d’autant. Au final aucun emploi supplémentaire ne sera créé puisque Europacity se contentera d’en déplacer.

En 2013, 327 000 m2 de centres commerciaux ont déjà été inaugurés dans cette région déjà amplement saturée. Et si 30 millions de visiteurs sont annoncés par an, il est loin d’être prouvé que le complexe fasse le plein, à l’instar de Disneyland Paris, qui a subi une baisse de fréquentation et de nombreuses annulations de réservations après les attentats du 13 novembre. Le budget faramineux de 3 milliards d’euros ne risque-t-il pas de nécessiter, lui aussi à terme, une intervention financière du Grand Paris pour dépanner la famille Mulliez et ses amis chinois, ce projet privé étant intimement lié à un autre chantier, public cette fois, celui du futur métro du Grand Paris Express et de sa ligne 17 ?

Le CPTG

final2

Un collectif d’associations (Collectif Pour le Triangle de Gonesse ou CPTG) s’est constitué dès mars 2011 et lutte depuis pour contester la pertinence de ce projet pharaonique et remettre en cause l’éternel dogme de la croissance économique tout autant que le déni de démocratie dont font preuve les pouvoirs publics, en privilégiant de plus en plus le passage en force, à l’encontre des avis des citoyens…
(Voir ici, ici, ici, , et )

Pour complément d’informations

Allez voir ici, ici, ici, ici, et là.

Sur Jean Viard

Faites un tour ici, ici, ici, , , et là.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

4 réflexions au sujet de « Une nouvelle ZAD prochainement aux portes de Paris ? »

  1. Je suis fort étonnée par le titre de cet article : pourquoi évoquer une ZAD alors qu’il n’en est pas question dans l’article – ni même dans la réalité ?
    Est-ce que l’acronyme fait frémir jusque dans les média dits « éclairés » ?…

    Mais oui, avec plaisir, parlons des Zones à Défendre, et des Grands Projets Inutiles et Imposés.
    D’ailleurs dans la région on en a un chouette, il s’appelle CIgéo, il coûterait minimum 30 milliards d’euros – Immochan, tu peux te rhabiller ! Là-bas, pas de ZAD non plus, mais des militants qui font ce qu’ils peuvent pour attirer l’attention… Alors pour qui veut s’informer sur CIgéo et d’autres GPII (et croiser des ZADistes, brrrr !), dimanche 5 juin rendez-vous à Bure.

    1. Chère Ines,

      Au nom de LEclairCit, je me permets de vous indiquer que nous sommes très flattés de l’intérêt que vous portez à notre activité.
      Votre étonnement face au titre de mon article faisant référence à une ZAD m’étonne en retour et appelle plusieurs réflexions :
      – L’usage du terme de « ZAD » serait-il l’objet d’une restriction consécutive à un brevet déposé au titre de la propriété ? Si oui, par qui ?
      – Cet acronyme aurait par ailleurs plusieurs significations, la plus commune étant « Zone d’Aménagement Différé » et la seconde « Zone A Défendre ».
      – la ville de Gonesse a souhaité la création d’une ZAD lors de la réunion de son conseil municipal le 9 avril 2015 :
      « Il est donc demandé au Conseil Municipal de SOLLICITER l’instauration d’une ZAD sur le périmètre du coeur Sud du triangle de Gonesse au profit de l’EPFVO, représenté sur le plan joint à la notice de présentation qui sera annexée à la délibération et dont les objectifs principaux seront de préserver la réalisation d’un aménagement cohérent de l’ensemble des terrains composant le pôle d’excellence du triangle de Gonesse,
      Territoire d’Intérêt Métropolitain inscrit au SDRIF à cette fin et de contrôler l’évolution des prix fonciers de ce secteur, en vue de réaliser une opération d’aménagement visant principalement l’accueil d’activités économiques tertiaires et technologiques,
      d’équipements et de services destinés en particulier à la formation, le développement d’un programme hôtelier, et d’un pôle de destination touristique doté d’une offre
      autour du commerce, de la culture et des loisirs ainsi que d’un parc créatif. »
      voir ici: http://www.ville-gonesse.fr/sites/default/files/files/deliberations_du_conseil_municipal/2015/04%2009%202015/Rapports%20CM%20090415.pdf
      – Je vous invite vivement à compléter la lecture de mon article, comme suggéré à la fin de celui-ci, en ouvrant les quelques liens qui y sont joints et en particulier ceux-ci qui me paraissent sans équivoque : ici (http://lesmoutonsenrages.fr/2014/11/03/paris-et-si-europacity-etait-le-prochain-barrage-de-sivens/) et là (http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20150106.OBS9357/y-aura-t-il-une-zad-au-triangle-de-gonesse.html).

      – Il semblerait que la démarche du Collectif Pour le Triangle de Gonesse ou CPTG aille dans le deuxième sens, même si, certains d’entre eux craignent d’effrayer le public et évitent pour le moment ce terme qu’ils se réservent pour plus tard, lorsqu’ils auront épuisé tous les autres moyens. Ils ne rejettent nullement l’idée à terme d’une occupation des lieux. Etes-vous allée regarder, comme suggéré, les différents sites vers lesquels je vous renvoyais ?
      – Nous serons très heureux d’en reparler avec vous lors de notre soirée du mardi 31 mai 2016 à 19h45 au grand salon de Musique 1, rue Lamoricière à Sainte-Savine qui vous donnera, comme nous vous y invitons, l’occasion de vous rapprocher de LEclairCit et de contribuer activement et pertinemment aux différents et nombreux sujets qui ne manqueront pas d’y être abordés, parmi lesquels, bien entendu, Cigéo et plus précisément Bure, Soulaines, Nogent, etc. qui nous touchent de très près…
      Bien amicalement. L’auteur Rémy Dufaut

      1. Je vois que mon commentaire était bien désagréable et je le regrette. Je ne souhaite pas du tout donner dans la polémique, personne n’en a besoin. Donc pour corriger mon propos :
        Je trouve que le titre ne résume pas l’article, ou si vous préférez que l’article ne répond pas à la question posée dans le titre.
        Et je crois que cet acronyme ZAD, qui est devenu porteur de fantasmes en tous genres (hier, dans un café, on m’a jovialement demandé si j’étais une ZADiste, je n’ai pas su ce que cela signifiait pour mon interlocuteur…), doit être toujours expliqué, détaillé, de sorte de ne pas laisser se propager les idées reçues.
        Et c’est ce que vous venez, pour partie, de faire, donc je vous en remercie !

        1. Ce qui n’empêche, chère Ines, pardon de me répéter, qu’une partie essentielle de l’article réside dans les liens joints qu’il est préférable d’ouvrir pour en appréhender la teneur réelle (nous préférons renvoyer vers des références éclairantes plutôt que de les paraphraser inutilement).
          A mardi 31 mai 2016 à 19h45 au grand salon de Musique 1, rue Lamoricière à Sainte-Savine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *