Le journalisme pour diffuser quoi ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

On trouve sur le site de Médiapart, un article de blog de M. Eric Stemmelen intitulé : « Diffusion de fausses nouvelles par M. François Lenglet sur France 2 ». De quoi s’agit-il ?

Lors de l’émission « Des paroles et des actes » diffusée jeudi 26 mai sur France 2, le journaliste François Lenglet déclarait face à Jean-Luc Mélenchon :

« Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal ! »

Eric Stemmelen précise que cette déclaration relève du délit de diffusion de nouvelles fausses, en se référant à l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881 «Délit de publication et diffusion de nouvelles fausses et de pièces fabriquées ou falsifiées (Voir ci-dessous). Pour appuyer son propos, il cite deux journaux, Le Figaro et Paris Match,  qu’on ne peut pas accuser d’être « pro » Morales.

Eric Stemmelen rappelle enfin, dans les commentaires de son article que :

Aragon fut directeur, de 1937 à 1953, du quotidien communiste Ce Soir. Ce journal écrivit fin 1948 que des soldats, dont des tirailleurs sénégalais, appuyés par des automitrailleuses et des tanks, avaient participé à la répression sanglante de la grève des mineurs d’octobre-novembre. Ils venaient renforcer les CRS envoyés par le ministre de l’Intérieur socialiste, Jules Moch, et accueillis aux cris de CRS = SS. L’intervention de la police et de la troupe, d’une extrême brutalité, causa cinq morts et des dizaines de blessés. Ce qui était parfaitement exact… à ceci près qu’il ne s’agissait pas de sénégalais, mais de marocains. Sous ce prétexte aberrant, Aragon fut condamné en septembre 1949 pour propagation de fausses nouvelles et en outre privé de ses droits civiques jusqu’en 1958 !


Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse – Article 27.
« La publication, la diffusion ou la reproduction, par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler, sera punie d’une amende de 45 000 euros. » 


D’autres liens sur le sujet :
http://www.medelu.org/Francois-Lenglet-ou-la-corruption

Les 4 mensonges de Monsieur Lenglet sur France 2

Les aller-retour public-privé, une façon d’oxygéner la haute administration française

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Une réflexion au sujet de « Le journalisme pour diffuser quoi ? »

  1. Lenglet est-il encore un journaliste ?
    Février 2012, il ment déjà face à Jean-Luc Mélenchon (dénoncé par Fakir )
    Mars (par Le Monde diplomatique) et octobre 2013 (par Acrimed), il ment et manipule ouvertement les chiffres.
    En octobre 2014 L’Est Éclair révèle que François Lenglet pratique des « ménages » très lucratifs sous le couvert de son « expertise économique ».
    C’est le moment de lancer une pétition !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *