Tous les articles par André Smolarz

Le traçage anonyme ! Des chercheurs nous éclairent.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

L’entreprise RIPOUE souhaite recruter une personne pour un CDD. Elle veut s’assurer que le candidat ne tombe pas malade entre l’entretien d’embauche et la signature du contrat. Elle utilise donc un téléphone dédié qui est allumé seulement pendant l’entretien, et qui recevra une alerte si le candidat est testé positif plus tard.

Que penser de l’application de traçage StopCovid ?

Le traçage par application sur les smartphones suscite des craintes et beaucoup de questions sans réponse à ce jour. Pourtant, le gouvernement vient de décider d’intégrer le débat sur le projet d’application StopCovid à celui, général, sur le déconfinement. Il s’agit d’un passage en force puisque les députés n’auront pas la possibilité de débattre ni de se prononcer sur ce sujet.

Plusieurs chercheurs spécialistes en cryptographie, sécurité ou droit des technologies proposent une analyse afin de nous alerter sur les dangers intrinsèques d’une application de traçage. À l’aide de différents scénarios concrets comme celui ci-dessus, ils nous présentent les détournements possibles d’une telle technologie, quels que soient les détails de sa mise en œuvre.

Qui sont-ils ?

Infos complémentaires

  • Pour accéder au document complet et détaillé établi par les chercheurs, suivez ce  lien
  • Et aussi, le sujet qu’y a consacré le MédiaTV avec 3 intervenants et quelques animations utiles et pédagogiques :
Cliquer sur l’image pour accéder à l’émission

 

  • Enfin, un article sur la Quadrature du Net

« StopCovid est un projet désastreux piloté par des apprentis sorciers »

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Les investisseurs étrangers vont-ils attaquer les plans de lutte contre le Covid-19 des Etats ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Mathilde Dupré, Co-directrice de l’Institut Veblen, publie dans « Alternatives Économiques » du 20 avril, un article particulièrement inquiétant, mais aussi révélateur que le Monde d’hier et d’aujourd’hui n’a pas l’intention d’opérer un quelconque changement de cap demain.

Pour s’en convaincre il faut rappeler quelques éléments concrets qui prouvent que si on doit parler de guerre, c’est bien à propos du monde de la finance, des marchés et des transnationales qui se sont solidement armés pour mener une guerre sans pitié contre les états et leurs peuples.

Pour illustrer cela, on peut rappeler les limites d’action de quelques institutions spécialisées de l’ONU au regard du pouvoir énorme dont disposent les transnationales et leur alliée l’OMC Organisation Mondiale du Commerce.

  • OMS (Organisation Mondiale de la Santé) : aujourd’hui à propos de la grave crise sanitaire que nous traversons, on entend beaucoup les chiens de garde des médias dominants relayer sans broncher les critiques faites à l’encontre de l’OMS. Pourtant n’oublions pas, comme le rappelle Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de l’université de Genève, au journal « La Croix » du 24avril : « L’OMS n’est ni un gendarme, ni une puissance supranationale, c’est une organisation internationale au service de ses États membres, la Chine, en l’occurrence, mais aussi tous les États qui font appel à elle ». C’est seulement sur invitation du gouvernement concerné qu’une équipe de l’OMS peut être envoyée sur place.
  • OIT (Organisation Internationale du Travail) : Toujours dans le contexte de la crise due au COVID-19, nous observons aujourd’hui que des atteintes graves sont en cours à l’encontre des travailleuses et des travailleurs. Cependant l’OIT n’a que peu de pouvoir comme on peut le lire dans la fiche élaborée par ATTAC-RHÔNE.

Contrairement aux deux organisations précédentes, l’OMC dispose d’un ORD (Organe de Règlement des Différends) qui permet aux États membres de s’attaquer et d’obtenir d’éventuelles condamnations. De la même manière les transnationales disposent de mécanismes d’arbitrage privés qui leur permettent d’attaquer les États dans le cadre des accords commerciaux dits de « Libre-échange » (il est important de signaler que ces mécanismes d’arbitrage sont à sens unique et ne permettent pas aux États d’attaquer une transnationale). C’est le cas notamment du CETA, accord entre l’Union Européenne et le CANADA, que M. Macron se refuse à remettre en cause, ce qui permet de se faire une idée de sa vision du Monde d’après Covid.

Pour lire l’article de Mathilde Dupré ainsi qu’un autre sur le même sujet paru il y a peu sur Médiapart c’est ICI et

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

ADP : LE SCANDALE QUI REMET EN CAUSE LA PRIVATISATION

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Tout est dans le titre

Le journaliste Marc Endeweld qui travaille, entre autres, pour la chaîne indépendante LEMEDIATV.fr a mené une enquête qui révèle l’existence d’une caisse noire et d’un parfum de corruption chez ADP.
Alors que les médias dominants et que les chiens de garde restent muets sur ce sujet, nous ne pouvons que relayer cette information et vous inviter à visionner l’émission que «Le Média» a diffusé en direct hier soir jeudi 13 février.

Résumé

Adoptée en avril 2019, la loi pour “la croissance et la transformation des entreprises” a ouvert la voie à la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). La revente de ses parts par l’État détenteur de plus de 50% des actions n’est pourtant pas de l’humeur de tout le monde.

L’opposition parlementaire a lancé en mai 2019 un référendum d’initiative partagée (RIP) devant attendre 4,7 millions de votes nécessaires à l’organisation d’un référendum. Alors que la procédure en ligne est ouverte jusqu’à mi-mars 2020, celle-ci n’a récolté qu’un peu plus d’un million de votes qui ne suffiront pas à stopper le projet de vente de l’aéroport.

L’enquête de Marc Endeweld peut-elle remettre en cause la privatisation ?
Pour tenter de répondre à cette question et revenir sur la privatisation et sur les suites à donner aux révélation de Marc Endeweld pour Le Média, Denis Robert et Marc Endeweld en débattent avec Isabelle This Saint Jean, Éric Coquerel et Daniel Bertone (Secrétaire général CGT d’ADP).

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

La fake news de Madame Salamé

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article
Ce qui est terrible quand on profère un mensonge en direct à la radio, c’est qu’il révèle aussi votre méthode de travail : cliquer sur le premier lien Google et lire la première phrase.

Lundi 10 février dans la matinale de France Inter, Monsieur Demorand et Madame Salamé interviewaient, pour la parution de son livre Le Triomphe de l’injustice, Gabriel Zucman, économiste spécialiste des inégalités et de la fiscalité, professeur à l’université de Berkeley aux États-Unis.

A un moment, Madame Salamé a avancé des chiffres sur les taux de pauvreté aux États-Unis et en France. Chiffres que son interlocuteur a explicitement mis en doute. Face à cet expert en économie, notre grande journaliste, spécialiste également des voyages de riches dans des malles,  n’a pas désarmé en insistant sur les chiffres qu’elle avait fini par retrouver.

La suite, c’est Bernard Marx, chroniqueur économiste à la revue «Regards» qui nous la propose en rétablissant la vérité des faits. Pour lire son décryptage suivre ce lien.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

relativité très restreinte en matière d’information

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Plusieurs événements d’actualité nous sont relatés par la plupart des grands médias sous un angle brut et, certes, factuel, mais sans recul, sans mise en perspective. Bref, des coups de projecteurs très directionnels pour ne pas dire orientés.
Pour illustrer ce phénomène nous proposons d’examiner le traitement de deux sujets récents d’actualité.

Enfin, précisons que cet article n’est pas destiné à analyser, commenter ou prendre position sur les deux sujets choisis, mais cherche simplement à pointer le manque de mise en perspective de leur traitement par la plupart des médias dominants.

Intrusion au siège parisien de la CFDT

  • Intrusion « violente » au siège de la CFDT titrait « Le Parisien » dans son édition du 17 janvier 2020
  • Réforme des retraites : le siège de la CFDT attaqué par des grévistes de la « coordination SNCF-RATP » titrait « Valeurs actuelles » dans son édition du 17 janvier 2020
  • Intrusion au siège de la CFDT, condamnée par politiques et syndicats titrait « Le Point »  dans son édition du 17 janvier 2020
  • Violente intrusion au siège parisien de la CFDT titrait « L’ Express »  dans son édition du 17 janvier 2020

Cette liste non exhaustive résume assez bien l’angle choisi  par la majorité des médias pour traiter cette « Affaire ». Le propos n’est pas ici de prendre position pour juger de faits dont la réalité finira (ou pas) par être connue. Non, ce qui chagrine un peu aux entournures, c’est que ces médias, censés disposer de gros moyens puisqu’ils sont pour beaucoup possédés par des milliardaires, semblent ne pas disposer de journalistes. Car, enfin quoi, un journaliste digne de ce nom aurait pu, pourquoi pas, partager dans un premier temps l’émotion de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Mais ensuite, les larmes étant séchées, il aurait normalement repris froidement le dossier, comme l’a fait le « Canard Enchaîné » du 22 janvier 2020 et apporter un peu de nuances pour relativiser, même de façon restreinte, l’indignation absolue de Laurent Berger.
Pour s’en convaincre, il suffit de lire ci-dessous l’article du « Canard ».

Coupures de courant par les grévistes

  • Grève : les coupures de courant, une action illégale titrait « La Croix »  dans son édition du 19 décembre 2019
  • Coupures de courant : la CGT est-elle hors la loi ? titrait « Le Point »  dans son édition du 18 décembre 2019
  • Réforme des retraites : des coupures d’électricité comme symboles de la colère. C’est l’annonce titre du journal de 13h d’Europe1 du 12 décembre 2019. Le titre est « Soft », mais le contenu présenté avec le titre « On décrypte » laisse apparaître que le sujet est essentiellement traité du point de vue des usagers.

Là encore, la liste des références n’est pas exhaustive et il ne s’agit pas ici de commenter ces faits afin de savoir si on cautionne ou si on condamne. Bien évidemment que chacune et chacun d’entre nous a un avis et une position sur cette question. Le problème est que le traitement médiatique de cette actualité n’offre pas, encore une fois, la possibilité d’envisager tous les éléments d’un débat qui permette de penser ces faits avec quelques objections. Pourtant, il existe en France un grand nombre de nos concitoyens qui se trouvent confrontés à la précarité tout en cumulant les peines : précarité sociale, précarité sanitaire, précarité énergétique, précarité alimentaire
Si on se penche ici sur la précarité énergétique, on peut alors démarrer un débat sur les coupures de courant. Ci-dessous figurent quelques chiffres qui permettent de fixer quelques repères et de donner un peu de perspective à propos des coupures imputables aux grévistes du secteur de l’énergie, coupures qui, il faut le souligner, ont une durée de l’ordre de quelques heures.

Cliquer sur l’image pour une meilleure lecture
Tableau de Bord de la précarité énergétique (ONPE – Observatoire National de la Précarité Énergétique)

Dans son édition du deuxième semestre 2019, le « Tableau de Bord de la précarité énergétique »  de l’ONPE nous apprend (page 21) que :

  • « Les données provisoires pour le 1er semestre 2019, transmises par les fournisseurs au médiateur national de l’énergie, font état d’une hausse des interventions pour impayés, coupures ou réductions de puissance de 18% en électricité, et 10% en gaz naturel, par rapport au 1er semestre 2018. »
  • « En électricité, sur les 477 349 interventions pour impayés réalisées en 2018, 247 490 étaient des coupures et 229 859 des réductions de puissance. »

    Ces chiffres rappellent juste que les coupures de courant existent en d’autres circonstances que celles du mouvement de grève actuel, qu’elles sont effectuées par le distributeur d’énergie, qu’elles touchent celles et ceux de nos concitoyens qui sont parmi les plus démunis et les plus fragiles, qu’elles durent beaucoup plus longtemps que quelques heures et enfin, que les grévistes qui commettent des coupures ciblées, ont aussi à leur actif de rétablir parfois le courant dans des foyers où il a été coupé.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

qu’est-ce donc qu’un Journaliste militant ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Macron, l’exfiltré

C’est le titre de l’article publié ce 18 janvier par le média en ligne Là-bas si j’y suis.

Quand le théâtre est dans la rue

Comment faire sortir le théâtre du cercle étroit des initiés ? Comment atteindre le grand public avec des pièces qui le concernent et des mises en scènes qui le touchent ? À ces questions mille fois posées dans le monde de la culture, le spectacle donné hier soir au théâtre des Bouffes du Nord a apporté une réponse éclatante.

En voici le déroulement

Un couple présidentiel vient assister incognito à une pièce de théâtre contemporain. Assis trois rangs derrière, un jeune journaliste français assiste au spectacle. Avant le lever du rideau, ce jeune homme fait un tweet sur son portable : « Je suis actuellement au théâtre des Bouffes du Nord, trois rangées derrière le président de la République. Des militants sont quelque part dans le coin et appellent tout le monde à rappliquer. Quelque chose se prépare… la soirée risque d’être mouvementée ».
Ce jeune homme c’est Taha Bouhafs, journaliste à Là-bas si j’y suis. C’est aussi le journaliste qui avait filmé Alexandre Benalla en train de violenter les manifestants place de la Contrescarpe à Paris. Les médias dominants ont relayé cette info en parlant de Taha sans mentionner, dans la plupart des cas, le fait qu’il soit journaliste ou bien alors, en y accolant le terme « militant », comme ce fut le cas ce matin sur France Inter. Bizarre tout de même ce souci du détail, alors qu’il ne vient jamais à l’esprit de Léa Salamé ou de Nicolas Demorand d’introduire chaque matin la chronique de Dominique Seux en le présentant comme journaliste militant. C’est pourtant bien à ça qu’on a droit chaque matin sur l’antenne de service public. Lire la suite en cliquant ICI

TAHA LIBRE ! Mais l’enquête se poursuit…

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

faim de vie

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

LÉclairCit vous propose pour ce début d’année une conférence gesticulée

FAIM DE VIE

Cliquer sur l’image pour accéder au formulaire de réservation

Cette conférence gesticulée a été écrite par Brigitte Grisar et Jacques Esnault. Brigitte Grisar est chargée de projet à la concertation aide alimentaire, au sein de la FdSS (Fédération des Services Sociaux) en Belgique.
Tous deux font partie du « Collectif 1984 » qui est une compagnie de théâtre-action. Nous les avons déjà fait venir à deux reprises pour deux pièces de théâtre

  • Le 25/02/2017 pour leur pièce intitulée « La jolie valse des emplois »
  • Le 1/12/2018 pour la pièce intitulée « Les 4 vérités »

Nous avons également fait venir Jacques Esnault le 8 juin 2018 pour sa conférence gesticulée autour de Mai 68 et de ses chansons.

LE PROPOS

En 2019, en Belgique, des milliers de personnes ne mangent pas à leur faim, en France, 7ème puissance économique mondiale, une personne sur cinq ne mange pas à sa faim et dans le monde, ce sont 800 millions de personnes qui sont sous-alimentées.

Comment est-ce possible ? Quelles injustices permettent cela ? Qui est responsable ? On parle de précarité alimentaire, d’aide humanitaire… et nous sommes au 21ème siècle ! Que s’est-il passé ? Qu’est-ce qui se passe ?

Et si la faim n’était pas un phénomène naturel, ce serait quoi ? Une ineptie ? Un coup monté ? Une volonté des plus forts ?

Et si nous avions surtout faim de vie ?

Si nous avions soif de liens ?

Si nous étions gourmands de collectifs ?

Cette conférence est un menu varié, composé d’ingrédients d’origines diverses : capitalisme décomplexé, pauvreté alimentaire, précarité… le tout agrémenté de savoureux instants présents.

Pour réserver des places, suivre ce lien

A savourer sans modération !

Plan d’accès à la salle « Le Quai » – Cliquer sur l’image pour davantage de précision

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Conférence de presse sur la mort de Cédric C. suite à un contrôle de police.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Cédric Chouviat était livreur, âgé de 42 ans et père de cinq enfants. Il est mort après avoir été admis à l’hôpital à la suite d’une interpellation dont les motifs relatés par les avocats et la famille varient selon les moments de la journée où s’est déroulé le drame.

La capture ci-dessous de la conférence de presse offre, au travers des interventions des avocats et de la famille, un regard détaillé et emprunt de dignité sur ce drame qui n’a suscité pour le moment aucun geste ni aucun témoignage de sympathie de la part de l’exécutif à l’égard des proches de Cédric Chouviat. 

La conférence dure un peu moins d’une heure, et la qualité visuelle n’est pas optimale, mais les interventions sont édifiantes et on ne risque pas de les entendre dans leur intégralité dans les médias dominants.

Conférence de presse à la LDH. Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Les chiens de garde « interviewent » les opposants à la « réforme » des retraites

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Comme à chaque mobilisation sociale, syndicalistes et personnalités politiques opposés à la contre-réforme pâtissent de dispositifs hostiles et d’une violence médiatique qui va crescendo, incarnée par des chiens de garde assurant le service après-vente des décisions du gouvernement.

ACRIMED vous offre une compilation vidéo qui illustre parfaitement le rouleau compresseur qui étouffe toute parole alternative.

A cette occasion, si vous considérez que l’accès à une information non biaisée et non partisane est un droit, nous ne pouvons que vous encourager à soutenir ACRIMED ainsi que tous les médias alternatifs et réellement indépendants.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

La réforme des retraites enfin dévoilée

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Réaction de Gérard Filoche

Une réaction à chaud de l’inspecteur du travail Gérard Filoche qu’on ne croisera pas sur les média dominants mais à qui «Là-bas si j’y suis» a tendu son micro.

Émission du jour sur le Media

Avec Christophe Ramaux membre des «économistes atterrés» et la porte-parole du collectif citoyen «Nos retraites» qui se donne pour mission de diffuser des informations, du décryptage et de la « désintox » sur le projet de réforme des retraites concocté par le gouvernement.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article