Archives de catégorie : Ciné-débat

Éduquer à la sexualité en milieu hostile !

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

En mai, fais ce qu’il te plaît !

Les arbres bourgeonnent et les fleurs s’épanouissent. Ça c’est pour le versant lumineux, le côté « nature ».

En revanche, dans la forêt dense et souvent opaque du net et des médias, la publicité, la pornographie, le patriarcat, le marketing constituent un environnement insidieux qui contribue à promouvoir la domination masculine et à bruiter la représentation féminine dans les sociétés dites évoluées.
Dans ce contexte, comment éduquer et sensibiliser les plus jeunes qui sont bien souvent aussi les plus perméables à la propagande ?

Cette question est centrale et encore et toujours d’actualité.

Lundi 20 mai à 19h30
Auditorium de la maison du patrimoine
à Saint-Julien lès Villas

LÉclairCit, en partenariat avec la FDMJC de l’Aube (Fédération Départementale des Maisons des Jeunes et de la Culture), vous invite (entrée libre) à une projection/débat sur la base de deux films documentaires réalisés par deux militantes au regard lucide et sans concession, Ovidie et Nina Faure.

Tout d’abord nous projetterons le film de l’auteure et réalisatrice Ovidie, intitulé « A quoi rêvent les jeunes filles ? ». Cette projection sera suivie de quelques extraits du dernier film de Nina Faure (en cours de finalisation) intitulé « Le plaisir féminin ». Les deux réalisatrices seront présentes pour échanger ensuite avec le public à l’issue des projections.

À quoi rêvent les jeunes filles ?

Ovidie, auteure et réalisatrice

Un film écrit et réalisé par Ovidie.
Les messages érotiques et les images porno s’affichent partout : sur Internet, sur les murs des villes, partout dans les pubs. Cela modifie-t-il le rapport au sexe des nouvelles générations ?
Ovidie, militante « pro-sexe » des années 90 a enquêté une année auprès de jeunes femmes françaises. Elles se confient en toute liberté et laissent entrevoir un monde mutant, où les combats féministes n’ont rien perdu de leur urgence.
Ovidie est également auteure, réalisatrice, journaliste et doctorante en Lettres. Elle a produit différents ouvrages et documentaires féministes engagés. En 2018 elle a reçu le prix Amnesty International du meilleur documentaire et a été finaliste du Prix Albert Londres pour son film « Là où les putains n’existent pas » (Arte). Elle développe et anime une « Action de prévention et de lutte contre l’exposition précoce des enfants à la pornographie » avec le soutien de la Délégation aux Droits des Femmes et à l’Égalité.

Le plaisir féminin

Nina Faure

C’est le dernier film de Nina Faure en cours de finalisation.
Nina Faure et Yéléna Perret, deux jeunes femmes en plein cœur d’une nouvelle vague féministe, cherchent à comprendre pourquoi l’émancipation promise depuis les années 70 n’est pas encore là.
A LÉclairCit, nous connaissons bien Nina Faure qui était venue à Troyes le 7 octobre 2016 nous présenter le film qu’elle avait co-réalisé avec Pierre Carles « On revient de loin, Opération Correa 2 », un documentaire réalisé en Équateur à la recherche d’alternatives au libéralisme.

Mardi 21 mai
Centre sportif de l’Aube
5 rue Marie Curie à Troyes

Sexualités, relations filles/garçons et éducation au numérique

La FDMJC de l’Aube, en partenariat avec le CIDFF Aube et l’association Solidarité Femmes Aube, invite à une conférence/débat sur le thème « Sexualités, relations filles/garçons et éducation au numérique » avec, entre autres intervenantes, Ovidie et Nina Faure.
Pour avoir tous les détails pratiques sur cette journée, destinée aux acteurs(trices) de terrain, suivez ce lien.

La participation à cette journée se fait sur inscription via un formulaire en ligne.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Paroles de rond-point. Entretiens avec les gilets jaunes de Troyes

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Pour la projection/débat du film « J’veux du soleil » à Troyes le 28 mars dernier, LÉclairCit avait invité Stathis Kouvélakis, enseignant-chercheur en philosophie politique au King’s College de l’Université de Londres et membre d’Unité Populaire.
Au lendemain de la projection, Stathis Kouvélakis et Pascale Arnaud, sont allés à la rencontre de gilets jaunes troyens pour s’entretenir avec eux. Ils en ont tiré un article publié dans la revue Contretemps.

Sur le rond-point de Brico

Extrait de l’article de Stathis Kouvélakis et Pascale Arnaud

Nous avons réalisé ces entretiens à la fin mars, lors d’un déplacement à Troyes effectué à l’invitation de l’association L’EclairCit pour assister à une projection du film de François Ruffin « J’veux du soleil » et participer au débat qui a suivi. C’est là que nous avons rencontré les gilets jaunes du rond-point de Saint-André-les-Vergers, à la périphérie de l’agglomération, dit « rond-point du Brico », du fait de sa proximité spatiale avec le Bricorama.

Présents en masse dans la salle, en parfaite communion avec le propos du film, leurs interventions foisonnantes et combatives ont dominé le débat. Impressionnés par leur détermination, nous avons voulu poursuivre les échanges. Nous sommes donc allés les voir le lendemain sur « leur » rond-point, puis sur le lieu fermé où se tiendrait la réunion qui déciderait de la composition et du contenu du mandat de leur délégation à l’assemblée des assemblées de Saint-Nazaire.

Nous avons pu ainsi enregistrer ces deux entretiens, qui apportent à notre sens un éclairage intéressant sur cette expérience d’action collective, la seule à avoir pu se maintenir à l’échelle de la ville cinq mois après le début du mouvement.

Le premier donne la parole à Serge, l’un de ses principaux acteurs et, par ailleurs, figure reconnue de la « gauche de gauche » au niveau local.  Le second est une discussion avec trois autres piliers du rond-point, primo-participant.e.s à toute expérience d’action collective, dont deux ont été désignés pour faire partie, à titre d’observateur.trice, de la délégation envoyée à l’assemblée de Saint-Nazaire.

Ces entretiens permettent de mieux comprendre, à partir d’une situation locale, certains des enjeux de cette mobilisation inédite.

Lire la suite en cliquant ici

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Jacquot le poète est parti , Jeannot de la Cigale aussi

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article
Jeannot s’est fait la malle. Jeannot le Suisse, Jeannot la Brocante, Jeannot le Fugitif, Le renard argenté s’est barré, par surprise, Ce mardi 3 avril, autour de minuit. « Diabolique », comme il aurait dit.

Jeannot, ça ne doit pas dire grand chose à celles et ceux qui n’ont pas assisté à la projection de «La Cigale, le corbeau et les poulets» que nous avions organisée le 22 mars 2017 au CGR en présence du réalisateur Olivier Azam.

En revanche, si on a assisté à ce film/documentaire vivifiant et pétillant, il est difficile d’oublier Jeannot et ses copains.

Un très bel hommage lui est naturellement rendu sur le site de Là-bas si j’y suis

Le rapport avec Higelin ? Le charme de la poésie et des surprises du quotidien sans doute avec cette phrase du chanteur qui leur colle assez bien à tous deux :

Ceux qui ont peur de mourir ont peur de vivre. Ils respirent prudemment en attendant la fin.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

« Zéro Phyto 100% Bio » à Troyes

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Jeudi 14 décembre 2017
en avant première

Le 14 septembre 2017 l’association « Générations Futures » publie les résultats d’une étude qu’elle a menée sur la présence de glyphosate dans les aliments vendus en France. Le documentaire de Guillaume Bodin tombe à point nommé pour en débattre. Le débat sera animé par Sophie Bordères qui est chargée de mission « Alternative aux pesticides » pour l’association « Générations Futures »

Cliquer sur l’image pour accéder à la page du film
Cliquer sur l’image pour accéder à la réservation en ligne de votre place
Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article