CANADA – L’incendie de Fort McMurray

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article
La forêt en feu à 16 km de Fort McMurray au Canada, le 6 mai 2016. – Jonathan Hayward/AP/SIPA

Cours du pétrole…

Il s’agirait d’une catastrophe écologique majeure. On a pourtant l’impression au fil des jours que les journalistes (canadiens en particulier) ont déjà reçu une consigne d’omerta sur cet incendie, devenu incontrôlable, que les pompiers appellent « la Bête » ou « le Monstre ».
Bien qu’il ait provoqué l’évacuation de 100 000 personnes, les seules informations qui nous parviennent aujourd’hui (ici, ici ou ici) concernent le retour d’un peu d’optimisme face à la régression des fronts d’incendie, avec néanmoins la perspective de devoir les combattre encore pendant des mois, mais aussi et surtout, les cours du pétrole et les menaces qui pèsent sur l’industrie pétrolière canadienne. C’est faire bien peu de cas des dégâts sur le plan humain, dont on consent à également envisager l’ampleur (lire ici).

Le secteur se trouvait déjà en crise suite au veto de Barack Obama en février 2015 sur le projet d’oléoduc KeystoneXL, qui devait relier la région d’Alberta (déjà responsable de la quasi-totalité des 18% d’augmentation des émissions de gaz à effet de serre depuis 1990) au golfe du Mexique (la société TransCanada demande d’ores et déjà à l’état canadien 15 milliards de dollars US en coûts et en dommages-intérêts pour ce qu’elle considère être une violation des obligations prévues par l’ALENA, lire ici) et après la victoire de la néo-démocrate Rachel Notley à la tête de l’Alberta. Le chômage a explosé ces dernières années à Fort McMurray, passant de 4 % au printemps 2014 à 8 % l’an dernier, puis à 10 % aujourd’hui.

On estime la baisse de production imputable aux incendies à 1 million de barils. On évoque un coût global du désastre avoisinant les 9 milliards de dollars canadiens (6 millions d’euros). Hier matin, le baril de light sweet crude (WTI) gagne 2,04% à 45,57 dollars tandis que le Brent affichait une hausse de 1,57% à 46,08 dollars. Sans hausse supplémentaire, cette perte sera rapidement comblée puisqu’il suffira, après extinction, de soutirer 195 652 174 barils, soit moins de 2 mois de production !

Et après ?

On a évoqué une superficie allant jusqu’à 300 000 hectares (3000 km2) de forêts partis en fumée à terme (ramenés plus récemment et très provisoirement à 161 000 hectares). Sans aller pour autant jusqu’à s’interroger sur les origines de ce désastre, on peut reconnaître qu’il s’agit d’une sacrée aubaine pour l’industrie pétrolière qui n’aura même plus besoin de déboiser et va pouvoir optimiser encore sa rentabilité pour exploiter les sables bitumineux.
Avec la prolifération des installations pétrolières de ce type, l’économiste Thomas Porcher est catégorique : «Tous les phénomènes météorologiques extrêmes comme celui-là vont s’accroître dans les prochaines années ». « Il faudra s’interroger sur l’impact qu’ont eu la maltraitance des écosystèmes de ces villes au cours de ces dix dernières années. Il faut raser des forêts pour exploiter ces sables bitumineux (du sable que l’on prend et presse pour en tirer du pétrole) et on utilise beaucoup d’additifs chimiques», poursuit Thomas Porcher qui estime qu’il faut donc étudier «l’impact de cette exploitation massive des sables bitumineux sur la propagation du feu».


Pour aller plus loin :

http://www.bastamag.net/Comment-transformer-un-paradis-boreal-en-un-enfer-boueux-et-toxique-l-addiction

http://reporterre.net/En-Alberta-l-avenement-d-une-humanite-inhumaine

http://boutique.arte.tv/f10137-fort_mcmoney_votez_jim_rogers

et si vous tolérez un peu de pub, une interview du réalisateur David Dufresne, auteur du documentaire :
http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/fort-mc-money-une-parabole-de-la-folie-humaine-809773.html

avec le petit jeu qui va avec : http://fortmcmoney.com/#/fortmcmoney

 

 Rémy DUFAUT

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

2 réflexions au sujet de « CANADA – L’incendie de Fort McMurray »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des Éclaireurs Citoyens pour moins de bruit et davantage de lumière