Du glyphosate près de chez vous ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Le Commissariat Général au Développement Durable vient de publier les chiffres officiels des ventes de pesticides en France, et les résultats sont sans appel.

En 10 ans, entre 2009 et 2018, les ventes de glyphosate ont progressé malgré les « engagements » du Président de la République indiquant en 2017  » qu’en trois ans il n’y aurait plus de glyphosate ». Les ventes de cet herbicide ne cessent d’augmenter pour passer de 6292 tonnes en 2009 à 9723 tonnes en 2018 !

Cette course en avant trahit l’inefficacité des plans gouvernementaux de réduction des pesticides.

Agir pour l’environnement nous communique le triste palmarès des départements français où les ventes de glyphosate sont les plus élevées :

Département Ventes de glyphosate
en 2018 en tonnes
AUBE 457
CHARENTE 324
CHARENTE-MARITIME 311
GIRONDE 289
MARNE 227

Le monde d’après devra être sans glyphosate.

Le 18 avril, le mouvement «Nous voulons des coquelicots» publiait dans le journal Le Monde une tribune intitulée :
Coronavirus : « Un moratoire sur les épandages de pesticides près des habitations est une nécessité sanitaire et morale »

Le 20 avril, le site REPORTERRE publiait un article alertant sur les effets nocifs sur la santé des pesticides en particulier en période de crise sanitaire.

A cela le professeur Jean-Philippe Derenne, déclare à l’Express qu’il n’y a pas de corrélation établie entre particules fines et épidémie, comme l’a affirmé «Nous voulons des coquelicots». Il faut dire que le même professeur avait déclaré le 12 mars sur BFMTV «aller voter n’est « pas plus dangereux que de prendre les transports en commun »»

Encore un expert qui doit chuchoter à l’oreille du gouvernement !

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Naissance du « Conseil national de la Nouvelle Résistance »

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

« Les Jours heureux » sont le véritable horizon d’un programme politique

Il y a peu de chances que les médias dominants fassent grand bruit au sujet de cette initiative. Elle a donc toute sa place dans les relais de LÉclairCit.

Le premier Conseil national de la Nouvelle Résistance (CNNR) est né. En plus de la vidéo de présentation ci-dessus, vous pourrez trouver davantage de détails sur le site de REPORTERRE.

Le CNNR est composé de dix femmes et de dix hommes :

. Anne Beaumanoir (coprésidente d’honneur), Juste et résistante
. Claude Alphandéry, (coprésident d’honneur), résistant
. Dominique Méda, professeure de sociologie
. Dominique Bourg, philosophe, professeur honoraire à l’Université de Lausanne
. Samuel Churin, comédien (coordination des intermittents et des précaires)
. Danièle Linhart, sociologue du travail
. Sabrina Ali Benali, médecin et militante
. Pablo Servigne, auteur et conférencier spécialiste des questions de transition écologique
. Olivier Favereau, professeur émérite de sciences économiques à l’université Paris-Nanterre
. Yannick Kergoat, monteur-réalisateur
. Jean-Marie Harribey, économiste, maître de conférence, membre des Économistes atterrés
. Anne Eydoux, maîtresse de conférence au Cnam, membre des Économistes atterrés
. Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
. Pauline Londeix, ex-vice-présidente d’Act Up-Paris, cofondatrice de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament
. Antoine Comte, avocat à Paris
. Véronique Decker, enseignante et directrice d’école, syndicaliste et militante pédagogique
. Fatima Ouassak, politologue, porte-parole du syndicat Front de mères
. Anne-Claire Rafflegeau, infirmière et porte-parole du collectif inter-urgences
. Clotilde Bato, présidente de Notre Affaire à tous, déléguée générale chez SOL Alternatives agroécologiques et solidaires
. Benoît Piédallu, membre de La Quadrature du Net

Secrétariat

. Gérard Mordillat (cinéaste, romancier),
. Gilles Perret (réalisateur, cofondateur de Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui),
. Denis Robert (journaliste, écrivain),
. Florent Massot (éditeur),
. Katell Gouëllo (Le Média TV),
. Bertrand Rothé (agrégé d’économie, professeur d’université).

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

ATTAQUE EN RÈGLE CONTRE LE CLIMAT : l’UE doit sortir du Traité sur la charte de l’énergie

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Le Traité sur la charte de l’énergie (TCE) est sans doute plus dangereux pour les finances publiques, les politiques d’intérêt public (notamment environnementales) et la démocratie que d’autres traités internationaux d’investissement.

Plus de 280 organisations de la société civile, dont 25 organisations françaises, réclament aux États membres du Traité sur la Charte de l’énergie de mettre fin aux protections dont dispose le secteur des énergies fossiles.

Le rapport en français publié par «Les Amis de la Terre» est maintenant disponible. Cliquer sur l’image pour accéder au rapport
Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article