Tous les articles par André Smolarz

Le poids des mots, le choc des urnes ! A quoi jouent les médias ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article
15 mars 2005, studio photo de Paris Match

Le poids des mots

Dans le flux des informations qui sortent des multiples tuyaux médiatiques, les mots s’entrechoquent, se mélangent et s’associent parfois sans que nous autres, destinataires des messages ainsi formés, ne songions à nous interroger sur leur sens et leur portée.

Il en va ainsi par exemple du mot «gauche». Il ne se passe pas une journée sans qu’au cours d’un JT (Journal Télévisé), d’un journal à la radio, d’un éditorial, d’une émission politique, d’un article de presse écrite dans les pages politiques, on soit amené à rencontrer des expressions telles que «la gauche au pouvoir», «le gouvernement de gauche» ou encore «politique de gauche» à propos des politiques menées par le gouvernement Hollande.
Bizarrement, ces «éléments de langage»  qui nous imposent une représentation et une qualification «de gauche» de l’action politique du pouvoir en place depuis 2012, ne semble pas soulever d’objections, d’indignation ou de protestation, ni même simplement quelques doutes chez nombre de citoyens.
Puisque les médias le disent, ça paraît naturel. Il est en effet difficile d’imaginer qu’un journaliste digne de ce nom ignore qu’il existe quelques différences de fond entre un projet politique de droite et un projet politique de gauche.

Donc si les médias disent que nous sommes gouvernés «à gauche», c’est que c’est vrai. Continuer la lecture de Le poids des mots, le choc des urnes ! A quoi jouent les médias ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Grèce: la stratégie du choc imaginée par le FMI

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Ce titre est celui de l’article que Médiapart a consacré le 4 avril dernier à la révélation par WikiLeaks d’une conversation entre deux responsables du Fonds Monétaire International (FMI) sur la question de la Grèce.

La motivation de cette brève n’est pas ici de détailler les informations qui en ont été données par différents médias que chacun(e) pourra consulter.

Non, ce qui est saisissant, une fois de plus, c’est d’observer le comportement méprisant des institutions à l’égard des élus et de la démocratie, en l’occurrence ici du peuple Grec et de son Premier ministre Alexis Tsipras. En effet, la conversation entre Poul Thomsen, responsable du département européen du FMI, alors à Washington, et Delia Velculescu, chef de la mission du FMI en Grèce, s’est tenue le 19 mars et Alexis Tsipras ne semble en avoir été informé que le 2 avril à la suite des révélations du lanceur d’alertes de WikiLeaks (Le Huffington Post a publié la lettre qu’il a adressée à Christine Lagarde).

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Réforme de l’élection présidentielle

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Le texte, porté par Jean-Jacques Urvoas avant sa nomination au ministère de la Justice, modifie entre autres la prise en compte des temps de parole à la radio et à la télévision. La notion d’équité serait substituée à celle d’égalité stricte, sauf les 15 derniers jours. Cette loi modifie également le principe du parrainage. Pour Jean-Luc Mélenchon, candidat pour 2017, ou Corinne Lepage, candidate indépendante en 2002, c’est une façon de faire pression sur les élus locaux, qui n’oseraient plus donner leur parrainage à un candidat non adoubé par leur parti. Jean Lassalle, qui a déclaré sa candidature pour 2017, y voit lui, « Un attentat contre la démocratie ».

La loi a été adoptée  par l’Assemblée nationale le jeudi 24 mars, puis retoquée par le Sénat le jeudi 31 mars et doit repasser ce mardi à l’Assemblée nationale. Selon FrancetvInfo, tous les groupes parlementaires, à l’exception du PS et de LR sont mobilisés contre cette réforme. Cherchez l’erreur !

les détails de cette loi sont fort bien expliqués sur la vidéo ci-dessous.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Davos 2016 : et les citoyens dans tout ça ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Une économie au service des 1 %

Le 9 septembre 2015, dans l’émission de Là bas si j’y suis, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, pourfendeur de l’austérité, déclarait :
« 85 milliardaires dans un autobus représenteraient une fortune équivalente à celle de la moitié la plus pauvre de l’humanité, c’est-à-dire 3 milliards d’êtres humains. Aujourd’hui, 1% de la population de la planète détient près de la moitié de la fortune mondiale. Sous peu, les 1% vont détenir autant que les 99% restant. Ces 1% sont les maîtres du monde. Le monde politique est entièrement à leur service et les médias sont leurs pom-pom girls.  »

Selon un rapport publié le 18/01/2016 par l’organisation Oxfam, en amont de la rencontre annuelle des élites mondiales de la finance et de la politique à Davos, des inégalités galopantes créent aujourd’hui un monde où 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Ce chiffre était de 388 il y a cinq ans.

Dans ce contexte, l’économiste François Bourguignon (lire ici) rappelle que le seuil de pauvreté retenu par les organismes internationaux est de 1,90 dollar/jour et ce, depuis une trentaine d’années. Il précise alors qu’en doublant ce seuil en le passant à 3,80 dollar/jour cela multiplie le nombre de pauvres par trois, le portant à plus de 2 milliards en 2015 et divise par deux son rythme de décroissance. Le diagnostic de la pauvreté dans le monde paraît alors bien moins optimiste.

Continuer la lecture de Davos 2016 : et les citoyens dans tout ça ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article