Opération Correa 2 – en avant première

affiche_aos_ordlAprès «Opération Correa 1 – Les ânes ont soif», sorti en salles le 15 avril 2015, Pierre Carles et Nina Faure ont achevé le second épisode de ce feuilleton documentaire, intitulé «Opération Correa 2 – On revient de loin», qui sortira en salles le 26 octobre prochain (voir résumés ci-dessous).

LÉclairCit a le plaisir de vous inviter à la projection des deux épisodes dont le second en avant première 

Le vendredi 7 octobre à 18h
pour l’épisode 1
et 
à 20h pour l’avant première
de l’épisode 2

au CGR Ciné City

La projection de l’épisode 2 sera suivie d’un débat en présence de Nina Faure, co-réalisatrice du film.

Billetterie et tarifs

Si vous souhaitez voir les deux épisodes, vous pourrez bénéficier d’un tarif préférentiel de 10€ pour les deux séances. Si vous ne souhaitez voir qu’un seul des deux épisodes, ce sera alors au tarif réduit de 7,50€ la séance. Vous pouvez retirer vos billets dès maintenant à la billetterie du cinéma ou sur le site du CGR

Quelques bonnes raisons de venir

Pierre Carles est connu pour son travail de critique du fonctionnement des médias dominants. En 1995, il a réalisé pour Canal+ un documentaire intitulé «Pas vu à la télé» qui traitait de la connivence entre journalistes vedettes et hommes politiques. Ce projet n’a jamais été diffusé et il en a tiré un film sorti en 1998 intitulé «Pas vu pas pris». La projection de ces deux épisodes s’inscrit donc parfaitement dans la démarche de LÉclairCit sur le plan de l’analyse critique et du décryptage des médias.

Résumé des films

«Opération Correa 1 – Les ânes ont soif»

affiche_aos_0Les grands médias français ont boudé le dernier séjour en France du président équatorien Rafael Correa. En novembre 2013, aucune radio ni chaîne de télévision hexagonale n’a évoqué son étonnant bilan social et économique. Depuis son arrivée au pouvoir, en 2007 le gouvernement Correa n’obéit plus au FMI, ce qui a permis à l’Equateur de se sortir par le haut du pétrin dans lequel il s’enfonçait : pas de coupes dans les dépenses publiques mais des programmes de redistribution qui ont fait chuter le taux de pauvreté et les inégalités sociales ; pas de dépouillement des droits sociaux par un patronat tout-puissant mais des investissements publics dans l’éducation publique gratuite, dans la santé, dans le logement…
L’alternative qui se joue en Equateur est-elle un simple mirage ou un modèle susceptible d’allumer quelques flammèches à notre horizon ? Pierre Carles et son équipe démarrent leur enquête sur « le socialisme du XXI° siècle » promu par Rafael Correa avec ce premier volet consacré au traitement médiatique de cette politique non orthodoxe.

«Opération Correa 2 – On revient de loin»ordl_invit_lecalircit_v1

Depuis 2007 en Équateur, le gouvernement de Rafael Correa a refusé de payer une partie de la dette publique, récupéré la souveraineté sur ses ressources naturelles face aux multinationales. Grâce à des politiques de redistribution, la pauvreté et les inégalités ont baissé fortement tandis que la classe moyenne a doublé en huit ans. Pierre Carles, Nina Faure et leur équipe débarquent tout feu tout flamme dans ce nouvel Eldorado. En sillonnant le pays en ébullition, nos deux réalisateurs tirent des leçons parfois opposées de leur enquête : l’un voudrait que Correa vienne retaper la France, l’autre s’interroge sur la nécessité d’un homme providentiel.

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Mais qu’a donc la Champagne-Ardenne pour susciter soudainement autant d’intérêt ?

Notre ancienne région, depuis qu’elle a intégré le Grand Est, semble bénéficier d’un engouement fort singulier de la part des politiques de tous bords.

champagne-ardenne Continuer la lecture de Mais qu’a donc la Champagne-Ardenne pour susciter soudainement autant d’intérêt ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

TAFTA c’est fini ? Ça reste à voir !

Frederic Sierakowski / Is/SIPA
Frederic Sierakowski / Is/SIPA

Voilà quelques mois qu’on annonce la mort du TAFTA. Il semble en effet que l’on soit proche de l’arrêt définitif des négociations pour cet accord-là.
Mais, car il y a un «mais», que les détracteurs de cet accord (dont nous sommes à LÉclairCit) ne se réjouissent pas trop vite, car il reste le CETA ou AECG (Accord Économique et Commercial Global entre l’UE et le Canada), de moins en moins tapi dans l’ombre et qui devrait être mis en application provisoire dès 2017. Continuer la lecture de TAFTA c’est fini ? Ça reste à voir !

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Histoire d’eau durable à Vittel

Publicité parue dans le Guide Joanne (1905)

«On a tous besoin de Vittel.»

C’est le fameux slogan publicitaire des années 90 qui s’adressait aux consommateurs et qui aujourd’hui pourrait se formuler « Nestlé Waters et l’Ermitage ont besoin de nous tous ». Dans un article fort justement intitulé «Pompes toujours, tu m’intéresses…», le Canard enchaîné du 27 juillet 2016 nous rappelle que les consommateurs d’eau ne sont pas traités de la même manière selon qu’ils sont industriels ou pas.

Continuer la lecture de Histoire d’eau durable à Vittel

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Ce qui se joue à Bure

Un communiqué de presse, des équipes médicale et juridique du mouvement d’occupation du Bois Lejuc, à Mandres-en-Barrois, fait état de violences graves subies le 16 juillet dernier par les manifestants opposés au projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo. Ont été constatés sur 5 personnes des traumatismes et blessures ouvertes à la tête, multiples blessures au dos et aux membres, brève perte de connaissance pour l’une d’entre elles, diverses lésions aux jambes et au bras pour 3 manifestants par des tirs de flashball et de grenades de désencerclement effectués par les gardes mobiles. Plusieurs témoignages de jets de pierre, non seulement par les vigiles des services privés de sécurité de l’Andra, mais aussi par les gendarmes, ont été recueillis…

Sans titre 1photo : Sébastien Bonetti

Continuer la lecture de Ce qui se joue à Bure

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

La série de l’été : les experts et la réduction du temps de travail !

Les 35 heures, c’est nul ! Parole d’expert.

Deux inspecteurs de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) ont publié en mai 2016 un rapport sur les 35 heures intitulé «Evaluation des politiques d’aménagement-réduction du temps de travail dans la lutte contre le chômage». Or, dans un article du 1er juillet 2016, Médiapart nous apprend que selon le SMIGAS (Syndicat des Membres de l’Inspection Générale des Affaires Sociales), ce rapport a été censuré par le chef de l’IGAS qui a décidé de ne pas le transmettre au gouvernement.

Continuer la lecture de La série de l’été : les experts et la réduction du temps de travail !

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

On a perdu ?

Ça y est, enfin, l’Euro de foot est terminé.

Si l’équipe de France avait gagné, on serait submergés de « On a gagné ! ».  Pour autant, peut-on dire  « On a perdu ! » ?

Si l’équipe de France avait gagné, aurait-ce empêché Emmanuel Barroso (Président, portugais, de la Commission européenne entre le 22 novembre 2004 et le 3 novembre 2014) d’accepter la présidence non exécutive du conseil d’administration de Goldman Sachs International (GSI) et de devenir également conseiller auprès de la banque d’investissement de Wall Street ?

Continuer la lecture de On a perdu ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Les choix du Conseil départemental

Il faut se souvenir qu’en 2010, notre département faisait partie de ceux où résidaient le plus de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, par rapport à la moyenne nationale, soit 15,2 % de la population auboise en situation de précarité, avec une hausse plus rapide que les moyennes régionales et nationale.

auditorium

Continuer la lecture de Les choix du Conseil départemental

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

L’histoire des amours contrariées de la gauche avec la laïcité

Dans un article précédent à propos de la laïcité, le roi de la fête était Nicolas Sarkozy (avec son dauphin François Baroin). Il nous a semblé logique de partager la charge avec d’autres responsables politiques : aujourd’hui, ce sera la gauche qui en fera les frais.

Laïcité

Continuer la lecture de L’histoire des amours contrariées de la gauche avec la laïcité

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Des Éclaireurs Citoyens pour moins de bruit et davantage de lumière