Davos 2016 : et les citoyens dans tout ça ?

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article

Une économie au service des 1 %

Le 9 septembre 2015, dans l’émission de Là bas si j’y suis, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, pourfendeur de l’austérité, déclarait :
« 85 milliardaires dans un autobus représenteraient une fortune équivalente à celle de la moitié la plus pauvre de l’humanité, c’est-à-dire 3 milliards d’êtres humains. Aujourd’hui, 1% de la population de la planète détient près de la moitié de la fortune mondiale. Sous peu, les 1% vont détenir autant que les 99% restant. Ces 1% sont les maîtres du monde. Le monde politique est entièrement à leur service et les médias sont leurs pom-pom girls.  »

Selon un rapport publié le 18/01/2016 par l’organisation Oxfam, en amont de la rencontre annuelle des élites mondiales de la finance et de la politique à Davos, des inégalités galopantes créent aujourd’hui un monde où 62 personnes possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Ce chiffre était de 388 il y a cinq ans.

Dans ce contexte, l’économiste François Bourguignon (lire ici) rappelle que le seuil de pauvreté retenu par les organismes internationaux est de 1,90 dollar/jour et ce, depuis une trentaine d’années. Il précise alors qu’en doublant ce seuil en le passant à 3,80 dollar/jour cela multiplie le nombre de pauvres par trois, le portant à plus de 2 milliards en 2015 et divise par deux son rythme de décroissance. Le diagnostic de la pauvreté dans le monde paraît alors bien moins optimiste.

Pour lire la suite et télécharger le rapport Oxfam

Cliquer sur un des boutons ci-dessous pour partager cet article